Maximiser la Création de Progrès Génétique

Utilisation de la Science afin de Maximiser la Création de Progrès Génétique :

PIC investit sur tous les facteurs contribuant à l’amélioration génétique afin de maximiser le progrès génétique annuel. L’intensité de sélection, la diversité génétique, la précision de la sélection et l’intervalle entre les générations sont les facteurs qui influencent l’amélioration génétique. Au cours des dernières années, nous avons augmenté significativement la taille de nos troupeaux pour les différentes lignées pures en ajoutant de nouvelles fermes. La taille de nos troupeaux en race pure est désormais deux fois plus élevée que ce qu’elle était il y a cinq ans. En outre, nous avons investi dans l’acquisition de différentes populations de manière à ajouter de la diversité génétique. Les diverses acquisitions et partenariats d’entreprises comme Génétiporc, Hermitage et Møllevang sont des exemples importants de cet engagement. Enfin, nous travaillons sans cesse sur le développement d’outils de saisie de données et d’évaluation génétique ainsi que sur des algorithmes élaborés permettant d’améliorer la précision de notre programme de sélection.

Le processus d’amélioration génétique commence avec des mesures précises permettant de mieux prédire à terme les différences entre les animaux. Ainsi, meilleure est la qualité des données, meilleur est notre produit. Nous utilisons des algorithmes de calcul élaborés afin de prendre de meilleures décisions de sélection et optimiser les plans d’accouplement. Notre programme de sélection repose sur un processus de saisie de données à large échelle (nombre de caractères et volume de données). Nous mesurons individuellement le potentiel de performance de chaque porc logé dans nos unités spécialisées situées un peu partout dans le monde. Nous utilisons à la fois les données phénotypiques et génotypiques provenant de ces animaux élites. Nous recueillons des données dans nos troupeaux de truies (caractères de reproduction), dans nos pouponnières et finitions (caractères de croissance, d’efficacité alimentaire et de robustesse) ainsi que dans les abattoirs (caractères de carcasse et de qualité de la viande). Aux données recueillies dans nos différentes unités spécialisées s’ajoute la cueillette de données prises dans un contexte de production commerciale et provenant de clients répartis partout dans le monde. L’intégration de ces données assure que les animaux élites et leurs apparentés, sélectionnés à titre de parents des générations à venir, puissent être performants dans de nombreux types d’environnement.

Notre base de données inclut à ce jour :

  • 19,5 millions d’évaluations d’animaux
  • 0,5 milliard de combinaisons animal-valeurs génétiques
  • 400 000 animaux avec génotypes

De nouvelles techniques d’analyses génétiques sont appliquées aux données recueillies afin d’effectuer une sélection plus précise pour différents caractères génétiques d’importance. Par exemple, en 2012, nous avons introduit la sélection génomique basée sur la relation entre apparentés (RBGS) dans notre programme génétique. Cette valeur a remplacé la relation basée sur la généalogie entre les animaux qui était utilisée autrefois. Cela a amélioré de plus de 35% le taux de progrès génétique annuel réalisé sur tous les caractères inclus dans l’indice pour les animaux de race pure, les différentes lignées mâles et femelles produites de même que les produits commerciaux. Cette amélioration génétique s’est traduite par une amélioration de la valeur commerciale de $3 à $4 par porc par année.

Un des futurs facteurs d’innovation sera le séquençage génomique. En novembre 2015, PIC a mis en place une collaboration avec le Roslin Institute à Édimbourg afin de réaliser le séquençage génomique complet d’un nombre élevé d’individus élites issus des différentes lignées génétiques de PIC. Le génome porcin est composé d’environ 3 milliards de nucléotides. Avec notre programme génomique actuel, nous avons été en mesure d’établir clairement le génome du porc à 50 000 emplacements précis, ce qui représente une toute petite proportion du génome. Si nous avions accès à la connaissance fine du génome complet, nous serions en mesure d’améliorer notre compréhension des génotypes qui ont une incidence sur les caractères phénotypiques. Cela augmenterait la précision de la sélection ainsi que le taux d’amélioration génétique. À ce jour, nous disposons des informations de séquençage de génome pour plus de 8 000 animaux élites, ce qui devrait nous aider à améliorer davantage la précision de la sélection.